About

What is the Women’s Legal Mentorship Program (WLMP)?
The WLMP is an incorporated not-for-profit that works in partnership with Canadian universities to provide a comprehensive feminist legal mentorship program through its university chapters and WLMP Alumna Network. The goal of the WLMP is to help women develop a support system that will help them throughout their legal careers from the classroom to the courtroom and beyond.

The program — the first of its kind in Canada — facilitates peer mentorship, student-lawyer mentorship and professional development and leadership events. The first WLMP Chapter was set up and piloted at the University of Ottawa.

How did the WLMP start?
The WLMP was founded by Charlotte Wolters (Founder) in October 2010, when she approached her law school professor about creating an integrated feminist mentorship program. The concept stemmed from her previous professional experience and from observing the law school’s student culture.

In 2011, Ms. Wolters then brought together eight female law students to establish the first chapter and pilot project at the University of Ottawa’s Faculty of Common Law with her.

Why is the WLMP necessary?

  • Only 38 per cent of lawyers in Ontario are women, even though women make up more than 50 per cent of law school graduates
  • At age 40, women lawyers earn 75 per cent of the average income and 85 per cent of the median income of men the same age
  • Women represent 60 per cent of lawyers who change jobs
  • Of the women lawyers who left private practice, 27 per cent quit their law careers entirely
  • More than 20 per cent of women lawyers who quit their jobs cited work-life balance as the reason

The WLMP is focused on stopping this trend by linking women with feminist mentors to give them support and guidance before they begin their careers. The WLMP is open to all female law students, regardless of their race, class, ability, religion, age, gender identity or sexual orientation.
_______________________________________________________________________

Qu’est-ce le Programme de mentorat en droit auprès des femmes (PMDF) ?
Le PMDF est un programme national de mentorat féministe développé par des étudiantes en partenariat avec l’Université d’Ottawa. L’objectif principal du PMDF est d’aider les femmes à se développer un système de soutien qui les aidera tout au long de leur carrière juridique.

Le programme – le premier de son genre au Canada –  offre un programme de mentorat entre étudiantes, un programme de mentorat entre étudiante et avocate, ainsi que des ateliers de développement professionnel et des évènements de leadeurship.

Comment est-ce que le PMDF a été mis sur pied ?
Le PMDF a été mené et initié par Charlotte Wolters (fondatrice) en octobre 2010 lorsqu’elle a approché ses professeurs de droit avec l’idée de mettre sur pied un programme de mentorat féministe intégré. Cette idée fut inspirée par ses expériences professionnelles ainsi que ses observations de la culture de l’école de droit.

En 2011, Mme Wolters a ensuite réuni huit étudiantes en droit afin d’établir le premier chapitre, le projet pilote, à la Faculté de Common Law de l’Université d’Ottawa.

Le lancement officiel du PMDF s’est fait en septembre 2011.
En un mois, avec plus de 90 participantes inscrites en plus d’une liste d’attente, le programme a surpassé ses objectifs anticipés pour les trois prochaines années. En 2012,  le PMDF s’est encore surpassé en ayant plus de 200 étudiantes en droit inscrites en tant que participantes.

Pourquoi le PMDF est-il nécessaire ?

  • Bien que les femmes représentent plus que 50 pour cent des diplômés en droit en Ontario, seulement 38 pour cent des avocats de l’Ontario sont des femmes.
  • À l’âge de 40 ans, les femmes juristes gagnent 75 pour cent du revenu moyen des hommes et 85 pour cent du revenu moyen des hommes du même âge.
  • Les femmes représentent 60 pour cent des avocats qui changent de métier.
  • Parmi les femmes juristes qui ont quitté la pratique privée, 27 pour cent d’entre elles  ont quitté leur profession en droit de façon conclusive.
  • Plus de 20 pour cent des femmes juristes qui quittent la profession citent l’équilibre  vie professionnelle/vie privée comme motif principal.

Le PMDF a pour but de mettre fin à ces tendances en jumelant les étudiantes en droit avec des mentores qui pourront leur offrir soutien et conseils tout au long de leur carrière juridique.

Le PMDF est un programme accessible à toutes les étudiantes en droit, peu importe leurs origines, leurs classes sociales, leurs compétences, leurs religions, leurs âges, leurs identités et leurs orientations sexuelles.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s